Les analyses OGM : plus qu'un problème de santé publique

La présence d'OGM (organismes génétiquement modifiés) dans l'alimentation constitue, plus qu'un problème de santé publique, un point de politique mondiale soulevant la question de l'origine et de la qualité des aliments que nous consommons. Industriels de la filière agro-alimentaire et consommateurs sont donc directement concernés par l'analyse des OGM.


Depuis plusieurs années déjà, l'introduction d'organismes génétiquement modifiés dans l'alimentation est source d'inquiétude et d'interrogations chez les consommateurs, désireux de savoir ce qu'ils consomment et soucieux de leur santé. C'est pour répondre à cette demande de transparence qu'une réglementation européenne a été mise en place, la directive communautaire 2001/18/CE concernant la « dissémination volontaire d’organismes génétiquement modifiés dans l’environnement ». Mesure renforcée par le règlement 1830/2003/CE, sur la traçabilité des OGM, et le règlement 1829/2003/CE sur l’étiquetage des produits contenant des OGM.

Il est à noter qu'un seuil autorisant jusqu'à 0,9 % d'OGM par ingrédient a néanmoins été établi pour l'étiquetage des produits alimentaires, afin de tenir compte d'éléments impondérables pour les industriels, tels notamment que le transport des marchandises, susceptible d'être à l'origine d'une contamination accidentelle.

Qu'est-ce-qu'un OGM ?

Avant d'aborder les analyses OGM, il est intéressant de revenir sur la notion même d'organisme génétiquement modifié. A ce propos, la Directive CE 90/220 apporte la définition suivante, selon laquelle un OGM est un « organisme vivant dont le patrimoine génétique a été modifié par génie génétique », autrement dit un organisme créé par l'intervention humaine. A ce jour, les OGM sont essentiellement présents dans des plantes comme :

  • le maïs,
  • le soja,
  • la pomme de terre
  • ou le colza  

Mais au final, ce sont des milliers de produits alimentaires dérivés de ces plantes qui sont susceptibles de renfermer des OGM, des céréales au chocolat en passant par les produits carnés ou encore les plats préparés, les boissons, les petits pots pour bébés, les pâtisseries...

La méthode PCR pour l'analyse OGM

La méthode PCR en temps réel, une méthode d'amplification et de reproduction du procédé de synthèse de l'ADN, permet d'obtenir des résultats fiables et précis en termes d'analyse d'OGM dans les aliments. Pour cela, une séquence d'ADN spécifique correspondant à celui de l'OGM concerné est introduite dans l'échantillon analysé. Elle est ensuite reproduite de nombreuses fois jusqu'à ce qu'un signal fluorescent apparaisse en quantité suffisamment importante pour indiquer la présence d'OGM.
A l'heure actuelle, les outils de dépistage et d'identification des OGM concernent principalement le maïs, le soja, le riz, le lin ainsi que le colza.  Les différentes variétés de maïs OGM concernées sont :

  • NK603,
  • MON863,
  • Bt11,
  • MON810,
  • DAS1507, DAS59122-7,
  • T25, GA21,
  • Bt176, MON88017,
  • MON89034,
  • CBH351,
  • MIR604
  • MIR162

Quant aux variétés de soja et de colza , il s'agit respectivement des GTS40-3-2 (RRS), A2704-12 et MON89788, et des T45, MS8xRF3 et GT73.

Les variétés de riz faisant l'objet d'analyses OGM sont les Bt63 et LL601& 62 et, enfin, il s'agit de la variété FP967 pour le lin.

Grâce aux directives européennes mises en place en matière de traçabilité et d'étiquetage, ainsi qu'aux analyses d'OGM dans les aliments, les industries agro-alimentaires ont pu regagné la confiance des consommateurs. Mais c'est aussi grâce à une réactivité et une adaptabilité face à la présence régulière de nouveaux OGM que des outils d'analyse performants peuvent être mis au point dans les meilleurs délais.

Si vous souhaitez obtenir un complément d'informations sur les analyses d'OGM que nous pratiquons, n'hésitez pas à nous contacter.

Joomla SEF URLs by Artio