Alors que nous le pensons plus pur que l'air extérieur, l'air ambiant contient environ huit fois plus de substances polluantes. Or, nous passons en moyenne 80 % de notre temps dans des lieux fermés. Nous sommes donc, sans en avoir véritablement conscience, particulièrement exposés à ces substances volatiles toxiques contenues. Pour ces raisons, la réglementation évolue dans le but d'améliorer la qualité de l'air intérieur, et impose la mise en place de dispositifs de surveillance incluant notamment la réalisation d'analyses régulières.

Si tous les lieux fermés et les espaces confinés sont concernés par la qualité de l'air intérieur, certains endroits font l'objet d'une attention spécifique. C'est la cas des ERP (Etablissements recevant du public), et en particulier des crèches, des écoles et autres structures accueillant des enfants.

Des polluants aux effets néfastes pour la santé

L'origine des ces substances volatiles polluantes est diverse, mais elle est également ciblée et localisée. Les peintures, les matériaux utilisés pour les constructions, les produits d'entretien ou encore les appareils de chauffage, sans compter le matériel utilisé dans les ERP accueillant des enfants (colles, encre, vernis, feutres, peintures...) sont en effet autant de sources de pollution de l'air intérieur, auxquelles peut aussi s'ajouter une mauvaise aération des locaux. Les conséquences peuvent aller d'une irritation des yeux, du nez, de la peau et de la gorge à des maux de tête, en passant par une sensation de fatigue générale ainsi que l'apparition de vertiges, d'asthme ou de réactions allergiques.
Les polluants volatils à l'origine des ces symptômes sont toutefois identifiés, et la réglementation en vigueur prévoit la mise en œuvre d'un certain nombre de mesures visant à diminuer puis, à terme, à éliminer ces pollutions de l'air intérieur. Parmi ces substances, citons :

  • le Formaldéhyde
  • l'Acétaldéhyde
  • le Toluène
  • le Tétrachloroéthylène
  • le Xylène
  • le Tryméthylbenzène
  • l'Ethylbenzène
  • le Styrène...

Il est par ailleurs à noter que le Trichloroéthylène, le Benzène, le Phtalate de bis et le Phtalate de dibutyle sont désormais, depuis 2009, interdits dans les produits de construction et de décoration.

Une obligation de surveillance pour les ERP

Entre 2009 et 2011, une campagne de surveillance de la qualité de l'air a été mise en place dans 310 écoles et crèches, révélant l'existence de problèmes liés à la pollution de l'air dans certains établissements, et mettant en évidence la nécessité d'une surveillance permanente de la qualité de l'air intérieur et des dispositifs d'aération. Ce constat a ainsi donné lieu à l'instauration d'une réglementation pour les ERP, et plus spécifiquement pour les écoles et les crèches.
Sont concernés par cette obligation de surveillance :

  • depuis le 1er janvier 2015, les établissements d'accueil collectifs d'enfants de moins de six ans et les écoles maternelles
  • à compter du 1er janvier 2018, les écoles élémentaires
  • à compter du 1er janvier 2020, les centres de loisirs et les établissements d’enseignement du second degré
  • à compter du 1er janvier 2023, les autres ERP

Cette surveillance passe donc par une analyse de la qualité de l'air, ainsi qu'une évaluation des systèmes d'aération des établissements concernés.

Concrètement, des prélèvements destinés à analyser la teneur de l'air intérieur en Formaldéhyde et en Benzène doivent être réalisés deux fois par an sur une durée de 4,5 jours, dont une mesure effectuée en période chauffée. Quant au Dioxyde de carbone, il sera mesuré en continu pendant une période de chauffage de l'établissement.

En ce qui concerne l'évaluation des moyens d'aération, chaque pièce doit faire l'objet d'un examen portant sur :

  • la présence ou non d'ouvrants donnant sur l'extérieur
  • la facilité d'accès aux ouvrants donnant sur l'extérieur ainsi que leur maniabilité
  • un contrôle visuel des grilles et bouches d'aération en place

Nos réponses à vos besoins d'analyse

Nous vous proposons nos services pour la réalisation de prélèvements et d'analyses des polluants, tels que le Benzène (conformément à la norme NF EN ISO 16017-2 octobre 2003), le Formaldéhyde (conformément à la norme NF ISO 16000-4 avril 2006), le Dioxyde de Carbone (à l'aide d'un appareil utilisant le principe de la spectrométrie d’absorption infrarouge non dispersif), et les autres polluants.

Par ailleurs, nous sommes en mesure de procéder à l'évaluation des moyens d'aération de votre établissement selon la réglementation en vigueur.

Joomla SEF URLs by Artio